Quoi faire lors d’un lumbago ? 

Un lumbago, aussi appelé un ‘’tour de reins’’ ou une lombalgie aigüe, est une douleur brutale à la région lombaire, au niveau des vertèbres.  

Au moyen âge, le peuple pensait que les sorcières tiraient des flèches pour infliger des maladies ou des malaises aux humains. Le terme lombago, qui vient de l’allemand <<Henxenschuss>> signifie ”quand les sorcières tirent avec des flèches’’ ; rappelant ainsi la douleur lancinante et soudaine caractéristique des lombagos, qui surviennent sans crier gare.  

 

Signes et symptômes que vous avez un lombago 

Sachant que plus de la moitié de la population âgée de 30 et 65 ans à souffert de lombalgie (douleur à la région lombaire) au cours de la dernière année et que la lombalgie représente à elle seule la première cause d’arrêt de travail et de maladie professionnelle chez les gens en emploi, c’est loin d’être banal.  

La lombalgie peut se présenter sous de nombreuses formes : arthrose, hernie discale, compression discale, fracture, arthrite, problèmes rénaux ou intestinaux, tensions musculaires, etc. Comment démystifier tout cela sans paniquer et mal s’autodiagnostiquer. Bien que ce soit une condition très douloureuse en soi, il n’y a pas lieu de s’inquiéter outre mesure, car elle disparait habituellement après quelques jours (de 3 à 10 jours), sans séquelle. Voici quelques indices pour savoir si vous souffrez d’un lumbago : 

  • Douleurs soudaines et lancinantes dans la région lombaire 
  • Incapacité de bouger ou de poursuivre l’activité 
  • Incapacité à se tenir droit, dos courbé et voûté 
  • Peut être accompagné d’une sensation de craquement et/ou de déchirement 
  • Raideurs lombaires sévères, sensation de blocage 
  • Difficulté à marcher et à se tenir debout 
  • Douleur augmentée par la toux et le moindre effort 
  • Soulagée en position couchée sur le dos 

 

Qu’est-ce qui provoque un lumbago ? 

C’est assez soudain comme condition que parfois, nous ne semblons pas savoir pourquoi cela nous arrive. C’est pour cela que nous parlons souvent de ‘’faux mouvements’’. Un geste anodin, que nous faisons à tous les jours et qui d’ordinaire n’a pas de conséquence. Que ce soit de  :

 

  • Porter une charge un peu trop lourde pour soi. 
  • Se pencher vers l’avant ou faire une trop grande rotation du tronc (aller chercher son sac à mains sur la banquette arrière).
  • Pendant ou après votre activité physique préférée, alors que vous avez omis l’échauffement et vous vous êtes donné à fond. 
  • Vaquer à ses occupations sous du stress ou de la fatigue cumulés. 
  • Avoir pris froid et avoir la musculature du dos raide et tendue. 
  • Parfois, juste sortir de son auto (combinaison de rotation du bassin et flexion du tronc). 

 

Lors d’un lumbago, le corps tente de se protéger tant bien que mal. De prévenir des claquages ou des déchirures musculaires lorsque ces derniers se retrouvent surchargés ou bien des entorses lombaires lorsque se sont les ligaments de cette région qui sont trop étirés.

 

 

Mais si c’était une hernie discale ou quelques choses de plus grave ? 

On peut penser qu’avec une douleur aussi vive que c’est d’une hernie discale dont vous êtes affligé. Bien que les symptômes au niveau lombaire soient sensiblement les mêmes, un lumbago ne provoque pas de douleur sciatique (brulures, élancements, engourdissements dans la fesse et le membre inférieur). La douleur en concentrée au niveau du dos. Par contre, si vous avez des antécédents de douleurs au dos, que vous souffrez d’ostéoporose, que les douleurs apparaissent suite à un impact important ou suite à une chute, qu’elles sont accompagnées d’essoufflements, de sueur et que les douleurs se propagent au thorax, au bras gauche et à la mâchoire, consulter en urgence. Les factures d’impacts arrivent, même si peu fréquent, et les symptômes de problèmes cardiaques peuvent parfois s’apparenter à un mal de dos fulgurant. En cas de doute, consultez.  

 

Toussez à en avoir mal au dos ! 

Il y a quelques années de cela, j’avais attrapé un ”méchant’’ rhume. J’avais passé toute la nuit à tousser sans presque pouvoir dormir. Je me souviens le matin, ma colocataire de l’époque m’avait dit avoir été réveillée par mes quintes de toux durant la nuit…alors qu’elle est malentendante ! 

Au matin, avec la fatigue cumulée et les toussotements sans fin, j’ai senti mon dos faire ‘’crack’’. J’étais bloquée. Ça n’allait plus du tout ! J’ai trouvé un ostéopathe qui prenait des clients en urgence la fin de semaine. J’avais réussi à avoir un rendez-vous le jour même. Je m’y suis rendue en taxi…et je suis revenue à pied ! Comme quoi des mouvements répétitifs (quintes), la fatigue et une mauvaise position (tenter de tousser tout croche dans son lit,) peuvent donner un tour de reins à n’importe qui peut importe son âge (j’avais 29 ans) et souvent au pire moment. 

 

Quoi faire quand ça nous arrive ! 

D’abord, ne pas paniquer. Arrêtez ce que vous êtes en train de faire, même si c’est une partie de golf que vous êtes en train de remporter ! Laissez tout de côté et allongez vous sur le dos, les jambes élevées, les genoux à 90 degrés. Vous pourriez même vous couchez au sol, sur un tapis ou une serviette si vous n’avez pas accès à un lit dans l’immédiat. Déposez vos jambes sur une chaises ou un fauteuil afin de les avoir plus hautes que vous. Demeurez allongé pendant 20 à 30 minutes, en faisant des respirations ventrales, calmes et profondes. Dans les premières heures, n’hésitez pas à prendre des antidouleurs, des anti-inflammatoires non stéroïdiens et des myorelaxants afin de calmer le tout. N’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien, surtout si vous prenez de la médication. C’est comme si le feu était pris à votre dos : il faut l’éteindre le plus rapidement possible.   

Afin de favoriser la décontraction musculaire, prenez des bains chauds, appliquez des compresses chaudes ou frictionnez vous avec crèmes qui procure de la chaleur (Arnica, menthe poivrée, Antiphlogistine, etc.). 

Ne restez pas inactif trop longtemps, car vous risquez d’ankyloser et de développer la peur de recommencer à bouger avec le temps (kinésiophobie). Dès que la douleur devient supportable, reprenez la marche sur de très courtes distances, mais plusieurs fois par jour. Embarquez sur votre vélo stationnaire sans mettre de résistance pendant 10 minutes. Juste pour mouliner les jambes et activer la circulation sanguine, et ainsi prévenir les contractures.  Assis sur votre ballon d’exercices, faites des petits mouvements du bassin (cercles, bascules, enrouler-dérouler – image) dans l’intention de le mobiliser tout doucement et reprendre confiance en son corps.  

 

Prévenir maintenant 

Si ce n’est pas la première fois que cela vous arrive, demandez-vous les questions suivantes :  

  • Êtes-vous suffisamment échauffé lorsque vous entamez une activité sportive ? 
  • L’activité ou le sport pratiqué est-il d’intensité adéquate pour votre condition physique actuelle ? 
  • Faites-vous des mouvements répétitifs du tronc et de la colonne dans votre quotidien (travail, loisir) ? 
  • Avez-vous levé une charge en étant en torsion ou penché vers l’avant ? 
  • Avez-vous pris une charge trop lourde pour vos capacités physiques ? 
  • Êtes-vous fatigué, stressé ou tendu ces jours-ci ? 
  • Souffrez-vous d’arthrose ou êtes-vous à risque de souffrir de dégénérescences à la colonne lombaire ? 
  • Avez-vous un emploi du temps plutôt sédentaire ? 

 

En répondant à ces questions, vous avez déjà une ou des pistes de solutions. Vous avez peut-être fait effectivement un mauvais mouvement que vous n’auriez pas dû. Si par contre, ce n’est pas la première fois que vous êtes cloué au lit par un mal de dos soudain, un examen médical plus approfondi devrait être envisagé (RX, IRM, évaluation complète par un physiothérapeute, etc.). Selon les résultats obtenus, un programme de remise en forme ciblant la stabilité du tronc, la force et l’endurance musculaire de votre gaine abdominale fera toute la différence.  

N’hésitez pas à prendre (ou reprendre) des cours privés au tennis ou au golf. Une bonne technique peut faire une différence dans votre bien-être et vos résultats sur le terrain ! 

 

***Cet article ne remplace pas l’avis d’un médecin ni un diagnostic. C’est à titre informatif seulement. Dans le moindre doute, consulter le plus rapidement possible.*** 

FavoriteLoadingAjouter aux favoris