Mal de dos, gougounes et bottes d’hiver

Après l’hiver en dents de scie que nous avons connu nous, souhaitons tous le retour imminent de la saison chaude…et de nos gougounes.  En avez-vous une paire qui attend impatiemment les premiers rayons de soleil estivaux pour sortir de votre garde-robe? Êtes-vous de ceux qui les portent à toutes les occasions, sauf à la plage et au spa?  Faites-vous du lèche vitrine ou de longues marches en leur compagnie? Souffrez-vous de mal de dos? Si oui, s’il vous plaît, continuer la lecture de cet l’article…

Marcher avec des gougounes : une bonne idée?

Bien entendu, au début de votre promenade ou de votre magasinage printaniers vous vous sentirez léger d’avoir vos pieds libres comme l’air. Par contre, après-coup, remarquez comment vous vous sentez. Une lourdeur dans le bas du dos, une fatigue dans vos jambes et une baisse d’énergie?  Avez-vous pensé que cela n’était peut-être pas dû à votre magasinage effréné, mais bien à vos gougounes fétiches?

Gougounes et mal de dosLes gougounes et le mal de dos

Lorsque nous observons la démarche normale, le pied doit pouvoir bouger dans toute son amplitude. Du moment où le talon touche le sol jusqu’à celui où les orteils repoussent ce dernier, la cambrure du pied s’est déroulée naturellement de l’arrière vers l’avant. Avec le port des gougounes, les orteils ne font plus leur tâche de repousser le sol à la toute fin de notre foulée. Elles sont beaucoup trop occupées à se retrousser afin de nous empêcher de les perdre. Aussi, nous laissons claquer le pied au sol, ce qui fait le son typique de la démarche en gougounes. Donc, le déroulement du pied, l’attaque du talon, la repoussée des orteils ainsi que notre foulée s’en trouvent restreints.

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme…la douleur aussi

Le corps humain est ainsi fait : lorsqu’une partie de celui-ci est moins mobile, d’autres doivent compenser. Pour suppléer la mobilité ainsi perdue au niveau des orteils, des pieds et des chevilles; les genoux, les hanches et le bas du dos seront davantage sollicités. Plus d’énergie et d’efforts musculaires seront déployés à répétition à ces endroits. Il en résultera une fatigue, des tensions et des douleurs dans certaines régions du corps, telles que le dos.

Faut-il se départir de nos gougounes?

Rien ne vous empêche de les porter à la plage ou au parc. N’est-pas pour cela qu’elles ont été inventées après tout? Si vous envisagez de marcher sur une longue distance, choisissez  plutôt une sandale bien ajustée à votre pied, lacée ou qui est retenue au talon. Votre énergie sera utilisée à bon escient pour marcher librement et votre patron de marche ne sera pas altéré.

Et la neige dans tout ça?

Outre les gougounes, les bottes d’hiver qui fixent les chevilles (sans parler des bottes de ski ou des patins)  peuvent aussi restreindre la mobilité des pieds et dénaturer la démarche naturelle. On ressent particulièrement les répercussions de celle-ci après l’hiver. Pour contrer la fixité engendrée par ce type de bottes, il est important de bouger et d’assouplir la cambrure du pied. Faites le test. Évaluez l’état de votre dos en ce moment. Éprouvez-vous des tensions, des malaises, une lourdeur, de la fatigue ou des douleurs? Assoyez-vous, faites des cercles avec vos chevilles, massez vos plantes de pieds avec une balles de tennis, tractez vos orteils un à un et étirez-les gentiment.  Après 5 minutes de cette simple routine, réévaluez votre dos. Remarquez-vous un certain soulagement, une détente et une légèreté?

En conclusion, faites attention à la santé de vos pieds en toutes saisons en les chaussant adéquatement selon l’activité. Votre dos vous en remerciera.

Article publié dans le journal Ici Maintenant, édition avril-mai 2016, p. 30. Cliquez ici pour le lire en ligne.